Stéo Shop

Jean-Thomas Trojani : Quelle conjoncture en France ?

Spread the love

Quoique nous décidions, l’effort sur les dépenses maladie va devoir être réalisé. Mais l’effet de la distraction peut se renforcer à son tour. Perception, intellection, langage procèdent en général ainsi. Les directions générales ne comprennent pas toujours. Par ailleurs, comprenant des exigences de libéralisation et d’accès facilités aux marchés, les mesures de « facilitation des échanges » seraient extrêmement coûteuses à mettre en œuvre pour les « pays en voie de développement » et profiteraient surtout aux entreprises multinationales, sans que les pays industrialisés ne fournissent une assistance technique et financière pour leur mise en œuvre. Ainsi l’on aide les salariés à se concentrer sur le futur plutôt que sur ce qui est perdu ». Mobilisons toutes les forces vives et actives de notre pays pour converger vers un projet et un destin commun. Nous avons passé en revue bien des espèces de comique ; il n’en est pas une seule qui ne puisse s’aiguiser en trait d’esprit. D’abord, il suffit de la plus légère diminution du premier principe pour que l’être soit précipité dans l’espace et le temps, mais la durée et l’étendue qui représentent cette première diminution seront aussi voisines que possible de l’inextension et de l’éternité divines. C’est aussi oublier que l’Allemagne a connu ses révolutions en 1848 ou en 1919, qui ont été manquées, mais qui ont conduit, elles aussi, à des « réformes par le haut. Aussi j’invite le gouvernement à rompre avec ce rituel vide de sens et de dire simplement la vérité : ne cachez pas les risques qui pèsent sur notre défense alors que certains misent précisément sur le silence pour poursuivre les coupes, faisant fi des engagements pris devant le chef de l’Etat. On est sur une position bipartisane qui fait que le Congrès ne peut plus décider de grand chose sur des questions secondaires. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Est vraiment sage celui qui, sans présumer d’avance qu’on cherche à le tromper ou qu’on se méfie de lui, est capable de déjouer au moment voulu les ruses ». Et il doit s’y intéresser en permanence. Il est vrai qu’entre cette matière et cette perception le réalisme scientifique ne saurait trouver un point de contact, parce qu’il développe cette matière en changements homogènes dans l’espace, tandis qu’il resserre cette perception en sensations inextensives dans une conscience. Mais que toutes ces variations simultanées se fassent dans le sens d’un perfectionnement ou même simplement d’un maintien de la vision, c’est ce que je ne puis admettre dans l’hypothèse de la variation brusque, à moins qu’on ne fasse intervenir un principe mystérieux dont le rôle serait de veiller aux intérêts de la fonction : mais ce serait renoncer à l’idée d’une variation « accidentelle ». Ce sont là des traits caractéristiques, des mesures et des méthodes ; et le vrai critérium de la civilisation, ce n’est ni le cens, ni l’étendue des villes, ni les récoltes, non, mais, l’espèce d’hommes que la contrée produit. Et, quoique en général bien pourvus de tout, ce dont je les félicite sincèrement, ils me blâmeront d’avoir indiqué comme un de nos premiers besoins celui de l’alimentation, par exemple. De même, l’Unsa défendra le maintien de la prise en compte des six derniers mois pour le calcul des pensions des fonctionnaires et des agents des entreprises publiques. En même temps que cette biologie vitaliste aurait surgi une médecine qui eût remédié directement aux insuffisances de la force vitale, qui eût visé la cause et non pas les effets, le centre au lieu de la périphérie : la thérapeutique par suggestion, ou plus généralement par influence de l’esprit sur l’esprit, eût pu prendre des formes et des proportions que nous ne soupçonnons pas. La fibre optique est déjà installée dans tous les districts (qui correspondent à nos départements).

Archives

Pages