Stéo Shop

Antonio Fiori : Symbiose matériel-logiciel

Spread the love

Cette démarche constructive pourrait faire de la Francophonie une terre de croissance où les Francophones africains, européens, asiatiques, américains et océaniens oeuvreraient à un développement MUTUEL bien compris pour améliorer la compétitivité des régions économiques francophones avancées et lutter contre la pauvreté des régions francophones moins avancées. Et, comme s’il n’avait pas assez de ses besoins, l’homme a encore des goûts dont la satisfaction exerce ses facultés autant que celle de ses besoins mêmes. Qu’il nous suffise de dire que l’intelligence est caractérisée par la puissance indéfinie de décomposer selon n’importe quelle loi et de recomposer en n’importe quel système. Plus loin même, d’énormes îlots sont bâtis ou se bâtissent. Les estimations peuvent différer en fonction des chiffres et de la méthode retenus, de telle sorte que si le concept de PIB potentiel est clair, sa valeur est incertaine. Ils peuvent aider les Français à s’aimer mieux et à prendre conscience de l’importance de quitter le dénigrement systématique qui pousse une partie de la jeunesse à choisir d’autres horizons, malheureusement plus funestes. La rudesse de la compétition tend à creuser les écarts entre les sociétés les plus performantes et les autres, éloignant ces deux mondes de plus en plus, et, que l’on aime ou non, je crains que cela ne soit tout simplement la réalité de l’économie-monde dans laquelle nous sommes plongés. Idem pour les techniciens. Enfin, même en supposant réalisée cette chimérique extension, ce prétendu système laisse subsister la difficulté tout entière à l’égard des intelligences affranchies, dont la propre moralité se trouve ainsi abandonnée à leur pure spontanéité, déjà justement reconnue insuffisante chez la classe soumise. Une tendance émergente peut être un signal faible, un signal faible peut aussi être le contre-pied de la tendance. Or, il faudrait cinq fois plus d’opérations d’acquisition-agrégation chaque année pour parvenir à rattraper en 10 ans notre retard sur l’Allemagne pour le nombre d’ETI en activité (retard estimé par de nombreux rapports à environ 4000 ETI). Les risques liés à l’endettement persistent encore, en raison de l’accumulation excessive de la dette des années précédentes, mais ils ont cessé de s’accumuler, ce qui est une bonne nouvelle. Ceux-là sont des vices tragiques. La vertu de l’Europe, si décriée en ce moment, est de nous obliger à réviser nos certitudes nationales, à nous « décentrer » pour tenir compte du point de vue des autres. Pour les définir, il faut les considérer dans ce qu’ils sont et dans ce qu’ils apportent, au lieu de s’en tenir à ce qu’ils ne sont pas et à ce qu’ils enlèvent. C’est là le point de litige entre les philosophes ; mais que les sens fournissent des matériaux indispensables à l’édifice de nos connaissances, c’est un fait hors de toute contestation. Les deux antinomies kantiennes ne sont pas les seules contre lesquelles se heurte l’esprit humain, dès qu’il a la prétention d’atteindre à l’essence des choses ou à la réalité absolue, dans la double conception de l’espace et du temps. Qui osera négocier des accords moins favorables que ce que la loi permet actuellement (notamment sur la durée du travail, les règles de licenciement, les salaires, etc.) ? Que si maintenant quelque romancier hardi, déchirant la toile habilement tissée de notre moi conven­tionnel, nous montre sous cette logique apparente une absurdité fondamentale, sous cette juxtaposition d’états simples une pénétration infinie de mille impressions diverses qui ont déjà cessé d’être au moment où on les nomme, nous le louons de nous avoir mieux connus que nous ne nous connaissions nous-mêmes. Toutefois, le philosophe peut se demander si, dans le domaine de l’esprit, la maladie et la dégénérescence sont réellement capables de créer quelque chose, et si les caractères positifs en apparence, qui donnent ici au phénomène anormal un aspect de nouveauté, ne se réduiraient pas, quand on en appro­fondit la nature, à un vide intérieur, à un déficit du phénomène normal. Les Milanais sont très fiers de leur cimetière, comme les Génois et les Messinois du leur. Quand l’Espagne atteint un taux de chômage de 25% ce sont l’ensemble des pays européens qui sont responsables, ils doivent donc participer à l’indemnisation du chômage espagnol. Comme l’a souligné Antonio Fiori : « La mesure dans laquelle la politique et l’économie mondiale seront façonnées en accord avec nos valeurs et nos intérêts dépendra en grande partie de la capacité de notre système économique et politique à opérer en faveur du plus grand nombre de citoyens. » Pour leur part, les gouvernements ont tendance à diminuer les investissements, notamment en matière d’éducation, de recherche et de santé, plutôt que les dépenses de fonctionnement autrement plus difficiles à réduire.

Archives

Pages