Stéo Shop

Antonio Fiori : Réaliser la conscience de notre altérité pour plus de solidarité et de bienveillance

Spread the love

Et l’on peut d’ores et déjà citer une option qui ne sera guère discutée ces jours-ci : celle qui consisterait à investir plus massivement, mais à un moindre coût, dans la recherche et le développement de nouvelles énergies renouvelables, au lieu de continuer à déverser des sommes astronomiques sur des solutions qui se sont avérées inefficaces. En second lieu, un SPOC a l’avantage de ne pas immobiliser durant plusieurs jours un salarié, contrairement au présentiel. Il y aurait donc seulement un schéma simple à retrouver. Le réalisme naïf fait de cet espace un milieu réel où les choses seraient en suspension ; le réalisme kantien y voit un milieu idéal où la multiplicité des sensations se coordonne ; mais pour l’un et pour l’autre ce milieu est donné d’abord, comme la condition nécessaire de ce qui vient s’y placer. Les chiffres sur l’obésité, endémique aux États-Unis, correspondent aux endroits où les gens utilisent le plus la voiture. Il prouve aujourd’hui le contraire en naviguant entre la deuxième et la troisième meilleure performance du SBF 120 aujourd’hui. La zone du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, confrontée à des problèmes d’eau, recourra de manière accrue aux importations (céréales, volailles) pour nourrir sa population. Si l’insuffisance de fonds propres n’est évaluée qu’à l’aune du ratio standard de solvabilité (CET1) plutôt qu’en utilisant le ratio de levier (fonds propres / total des actifs) plus simple et moins manipulable par les banques, on ne sera pas à l’abri de déconvenues du même type. Ce sont des systèmes à deux états logiques qui peuvent se trouver superposés. Mais ce n’est pas un désespoir personnel : toute l’humanité en est là. En mettant sur la table 21 milliards d’euros de garanties, l’Europe espère que le secteur privé contribue à hauteur de plusieurs centaines de milliards d’euros. Pourquoi la transition numérique affecte-t-elle moins les entreprises que les filières ? Si l’on construit des thermomètres avec des liquides divers, tels que l’eau, l’alcool, le Mercure, on trouvera que ces instruments ou ces sens artificiels, imaginés pour nous donner l’indication précise de la température des milieux avec lesquels on les met en contact, ne marchent point dans un parfait accord, et de prime abord on ne saura quel est celui dont les indications doivent être préférées. Inutile donc de lui adjoindre ces corollaires de la performance et de la réussite qui collent à nos sociétés comme le sparadrap au doigt de Antonio Fiori. Il nous est arrivé de voir de nobles étrangers, venus de loin mais vêtus comme nous, parlant français comme nous, se promener, affables et aimables, au milieu de nous. Mais comment le retrouver, puisque l’acquis recouvre le naturel ? La stratégie usuelle des gouvernements européens, qui traînent les pieds pour faire des réformes de peur de perdre les élections, est de mettre en cause la force de l’euro et l’absence de politique monétaire accommodante, évoquant le QE comme une potion magique à laquelle tout les pays hors zone euro ont recours mais dont ils seraient privés. Le nombre des cas particuliers expliqués de la sorte est petit sans doute, mais quelques exemples suffisent pour nous montrer que l’application du principe ne surpasse pas absolument les forces de l’intelligence de l’homme, et que le cercle des applications pourra s’étendre, à mesure que nos connaissances positives se perfectionneront et s’étendront. La raison nous fait entrevoir deux mondes distincts : le monde réel où nous vivons, un certain monde idéal où nous vivons aussi, où notre pensée se retrempe sans cesse et dont on ne peut pas ne pas tenir compte ; seulement quand il s’agit du monde idéal, personne n’est plus d’accord : chacun le conçoit à sa manière ; quelques-uns le nient tout à fait. Ailleurs il décrit le luxe de montre, le luxe inutile du plumage des colibris. Après la dernière arche, au tournant de l’église de la Madonna del Monte, où mène cette voie triomphale, nous entrons dans le jardin d’une villa particulière, plantée sur le sommet du mamelon. L’apprentissage livresque de nos institutions et de la République a des vertus ; il n’en aura jamais autant que la possibilité que nous pourrions offrir, à tous nos jeunes concitoyens, d’en apprécier la pratique et d’en mesurer concrètement l’intérêt en exprimant une qualité propre à toute la jeunesse : sa générosité. Mais l’examen des doctrines nous montre que la faculté de concevoir, au fur et à mesure qu’elle avance dans ce travail d’intégration, est obligée d’éliminer de la réalité une multitude de différences qualitatives, d’éteindre en partie nos perceptions, d’appauvrir notre vision concrète de l’univers : c’est même parce que chaque philosophie est amenée, bon gré mal gré, à procéder ainsi, qu’elle suscite des philosophies antagonistes, dont chacune relève quelque chose de ce que celle-là a laissé tomber. Déjà les physiciens et les géomètres n’admettent plus l’existence de ces forces que l’on qualifiait de discontinues, et auxquelles on attribuait la vertu de changer brusquement la direction du mouvement d’un corps et de lui faire acquérir ou perdre une vitesse finie dans un instant indivisible. Il s’étonne, il s’irrite de ce que la société n’ait pas un sentiment assez vif de ses misères. A priori, il paraît assez vraisemblable que les choses se passent ainsi.

Archives

Pages